Velaine sur Sambre

La pierre qui tourne

Autoroute E42/A15 (Liège-Namur-Charleroi-Mons) - Prendre la sortie n° 14 marquée Sambreville - Suivre la N 98, direction Jemeppe-sur-Sambre, vers le sud - Arrivé à un carrefour avec des feux de circulation, prendre à gauche, rue d'Onoz, Suivre cette route sur environ 500 m, et prendre un chemin à gauche qui suit un bois, passer une borne de signalisation de gazoduc - A un petit carrefour de chemins de terre, prendre à gauche - Ensuite 30 m après, un petit carrefour où on tourne à droite. - La Pierre-qui-Tourne est à environ 80 m. Attention, bois privé.

carte velaine

Situé sur l'actuelle commune d'Auvelais, le menhir de Velaine-sur-Sambre appelé dans le parler populaire "la pierre qui tourne", sans doute à cause des légendes qui s'y rattachent, se trouve sur une petite colline dite "le Bois Rougi". Ce site a été classé par Arrêté Royal du 28 août 1960. Le menhir est un bloc de grès bruxellien de forme quadrangulaire de plus de 3 mètres de haut et de 5 mètres de pourtour à 1 m du sol. Des fouilles pratiquées au début de ce siècle sur le site ont permis de découvrir des lames, des percuteurs et un fragment de hache polie en silex, ainsi que de nombreux tessons de vases grossiers. Il est incontestable que ce monolithe a été mis en place par intervention humaine.

Les autres grès affleurant, nombreux dans la région, présentent une surface arrondie tandis que les angles de la "Pierre qui Tourne" sont bien prononcés. On est donc bien en présence d'un menhir qui a vraisemblablement servi de lieu de culte jusqu'à l'époque gallo-romaine, si l'on en croit les morceaux de tuiles et tessons de poteries datant de cette période retrouvés à proximité du mégalithe.

Il est probable que la région comptait d'autres monuments de ce genre, mais qu'ils ont, à l'instar des affleurements naturels de grès, été éliminés pour faciliter les cultures. On a signalé, au siècle dernier, la destruction par mine d'une pierre, sans doute erratique (qui a été transportée à une certaine distance de son point d'origine), sous laquelle on aurait trouvé une vingtaine d'objets de nature diverse : bracelets, haches,... etc.

D'autres traces de l'activité humaine durant le Néolithique persistent cependant. Il s'agit de polissoirs fixes ou pierres dures ayant servi à polir où à aiguiser des outils ou autres objets. Dispersés dans les champs, prairies et bois privés, ils sont souvent inaccessibles. Grâce à l'amabilité d'un propriétaire complaisant et pour autant que l'on respecte les lieux, qu'on ne détruise pas la végétation et qu'on n'abandonne pas de détritus, un polissoir peut être visité dans les bois derrière "la pierre qui tourne".

A proximité, Balâtre et Saint-Martin révèlent la présence d’habitats néolithiques. De la même période date la hache en silex poli découverte à Sombreffe. De plus, la «roche qui tourne » et le polissoir de Velaine attestent l’occupation du plateau dont fait partie Wanfercée-Baulet.
Le territoire de la commune n’a pas encore donné de traces d’occupation préromaine mais des lieux dits tels que «chant des Oiseaux » ou «la Tombe » notent une occupation gauloise ou franque. Des débris gallo-romains nombreux s’y retrouvent. Près du lieu-dit «à la Tombe » fut trouvé et fouillé un tumulus gallo-romain. Cette présence est attestée par des traces plus abondantes : Fleurus (monnaies, bijoux, objets d’art romain), Tongrinne (tombelle à incinération du 1er siècle), Tongrenelle (fragments de céramiques et de tuiles), Lambusart, Velaine, …

L’existence du réseau routier qui comprendra notamment la route de Tongres à Bavai passe à environ trois à quatre kilomètres de notre localité.
A l’arrivée de Jules César en Belgique (57 av. J.C.) la grande tribu des Nerviens occupait le centre du pays jusque Gembloux et avait pour clients : les Plumosiens, les Levaques, les Gordunes, les Centrons et les Grudiens.
Les Plumosiens habitaient les bords de la Sambre à partir de Marcinelle jusqu’à Namur. Leur pays s’étendait jusqu’à Court-Saint-Etienne et à l’ouest jusqu’à Loupoigne, Pont-à-Celles et Gosselies. Wanfercée-Baulet était compris dans cette portion du territoire
.Au vu de la concentration de fosses d’extraction et de pierres éparses, tout indique ici un ancien ensemble mégalithique plus vaste.

Menhir La Pierre qui Tourne :

pierre qui tourne

Grès erratique de la région Un Polissoir du Bois Rougi. Le plus gros polissoir du bois (Cheminée cosmo tellurique) pierre monumentale.

polissoir

 

Autres monuments :

pierre de féconditévelaine

L'ensembe

carte Velaine

Le complexe mégalithique de Velaine se trouve à proximité de la campagne de Baupire (belle pierre). Cette pierre antropomorphe est le bijou de cet écrin pierreux.

A proximité immédiate de la route se trouve la fosse des nutons. Comme beaucoup de fosse des nutons ou chantoir, celui-ci est également un phénomène d'érosion karstique de la Calestienne. La grotte néandertalienne de Spy ne fait pas exception.

spy

http://users.swing.be/grottedespy/

Fait étonnant ... sur un axe équinoxial 270°-90°, nous trouvons en enfilade les lieux suivants ... A Beaupire, la campagne du buisson (allusion au bois rond voisin des mégalithes) - la fosse des nutons - la grotte de Spy - Le llieu à la pierre qui tourne à Spy - les pirettes à Spy, et ceci sur à peine 6 km. Surajoutons cela à la concentration mégalithique du Bois Rougi et nous ne pouvons plus ignorer l'aspect axial du tout ensemble. Ce dernier est lui-même axé de manière solsticial à Tourne en PIerre de Ligny et la Pierre Ste Agathe de Floreffe. Détails sur le blog http://ardwenna.blogspot.be/

 Près de la Fosse des NUtons, affleurement :

velaine

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site